La Bonne Nouvelle
La Bonne Nouvelle
Missions Vacances

Où allons-nous?

Accueil

La bonne nouvelle

 

Questions de vie

 

Vraies histoires

 

Pour les enfants

 

Liens

 

Contactez-nous

 

MV
Nous avons le récit de cette femme dont la vie n’était guère brillante. Elle avait eu cinq maris et vivait avec un autre homme. Jésus la rencontra un jour et Il s’adressa à elle avec beaucoup d’amour. Vous trouverez ce récit dans la Bible, au chapitre 4 de l’Evangile de Jean. Il nous est dit là que « Jésus devait traverser la Samarie. » En fait, Il désirait rencontrer cette femme afin de transformer sa vie, tout comme aujourd’hui, Il n’a pas peur de sortir de Son chemin pour nous rencontrer. Il se soucie de chacun d’entre nous individuellement.

DÉSILLUSIONNÉE PAR LA VIE
La femme samaritaine avait tellement honte de son passé qu’elle s’en allait puiser son eau à midi, lorsqu’il n’y avait personne pour la voir. Christ n’ignorait rien de ce qui la concernait. Il est en effet impossible de tromper Dieu. L’être le plus religieux ne peut L’impressionner par sa bonne conduite. Le rebelle, lui, n’est pas assez intelligent pour Lui cacher quoi que ce soit.

Un groupe d’étudiants farceurs décidèrent un jour de coller ensemble différentes parties de plusieurs insectes, et ils s’en allèrent offrir le résultat de leur travail au fameux professeur de zoologie, le professeur Agassiz. « Pouvez-vous identifier ceci ? » lui demandèrent-ils. Après avoir étudié l’étrange créature pendant quelques instants, il leva les yeux et répondit : « Oui, c’est une bestiole d’un genre nouveau ! » Nous ne pouvons tromper Dieu, nous non plus.

Dans nos moments les meilleurs, nous comprenons aussi que nous ne sommes même pas capables de nous tromper nous-mêmes.

Qu’il est triste de penser que Tony Hancock, après avoir amusé des millions, se suicida en Australie ! Il laissait ce mot : « Impossible de trouver le vrai bonheur. » La route du bonheur n’est nullement pavée de jeux, d’amusements, de ce qui fait la célébrité ou la fortune. D’autre part, bon nombre de gens ne découvrent aucune réalité dans la religion. L’église les a désillusionnés, et ils se demandent où découvrir un but réel à leur vie.

Christ est pourtant venu offrir la vraie vie. Voici ce qu’Il affirmait : Je suis venu afin qu’ils aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance. » Jésus était assis aux côtés d’une femme au cœur déçu, et Il lui offrait un genre de vie tout à fait nouveau. Cette vie serait pour elle semblable à une fontaine qui ne tarirait jamais. Possédez-vous cette vie-là ?

DÉÇUE PAR LES PLAISIRS
Cette femme était désappointée par la vie car le plaisir l’avait déçue.

Durant ses années d’adolescence, elle avait sans doute rêvé au mari idéal. Puis elle l’avait rencontré, épousé. Peut-être avaient-ils connu le bonheur pendant un certain temps, mais les choses s’étaient lentement gâtées. Ils avaient dû se séparer ; un divorce avait suivi. La Samaritaine avait vu sa tristesse se transformer en joie le jour où elle avait rencontré un autre homme. Cette fois-ci, l’avenir était prometteur. Hélas, ce nouveau bonheur avait été de courte durée. Puis il y avait eu le troisième mari, le quatrième, le cinquième... Lorsque le sixième compagnon s’était présenté, la femme avait pensé : « A quoi bon se marier ? » Ils s’étaient donc contentés de vivre ensemble.

C’est ainsi que beaucoup de gens, après avoir cherché le bonheur, n’ont trouvé que la douleur.

En parlant de sa vie, l’acteur Peter Sellers pouvait dire : « La réalité ne correspond pas à l’attente. Je vous l’avoue franchement : je ne recherche qu’à faire passer la journée sans que rien n’arrive. Et lorsque je pleure, c’est sur hier que je répands des larmes. »

Jésus, Lui, offre le bonheur, le vrai bonheur. Pour le Chrétien authentique, connaître Dieu et L’avoir pour Sauveur, pour Ami personnel, c’est la joie incomparable.

ÉLOIGNÉE DE DIEU
La femme était à la fois désillusionnée et déçue car elle se sentait loin de Dieu. Elle pouvait certes parler de religion. Un débat religieux n’indique pas nécessairement une relation étroite avec Dieu. Avez-vous parfois le sentiment que Dieu se trouve loin de vous ? Peut-être n’avez-vous pas le moindre désir de Le connaître ; c’est alors là le signe que vous êtes vous-même très loin de Lui.

Éprouvez-vous parfois le désir de pouvoir vous entretenir avec Dieu ? Nous avons été créés dans le but de jouir d’une communion réelle avec Lui. Nos fautes nous ont malheureusement séparés de Lui. Le péché devient comme une barrière entre nous et Dieu, et nous sommes incapables de l’ôter. Dieu est cependant Celui qui a fait le premier pas en envoyant Son Fils sur la terre pour nous sauver. Christ peut nous ramener à Dieu.

Lentement, pendant que Jésus s’entretenait avec elle au bord du puits, la femme se mit à comprendre qu’Il n’était pas un Juif ordinaire ou un prophète mais plutôt le Messie promis, le Christ venu racheter l’humanité perdue. Cet étranger lui offrait le vrai Dieu.

Jésus a dit : « Je suis venu chercher et sauver ceux qui sont perdus. » Il est venu afin de nous ramener à Dieu et de permettre ainsi que nous nous retrouvions. Dieu, au lieu de rester distant, peut vivre dans le cœur d’un homme, d’une femme, exerçant Son contrôle, Son autorité sur ses pensées, paroles et actes. La vie prend désormais un sens : elle a un but, quel que soit l’avenir.

DÉFIGURÉE PAR LE PÉCHÉ
La femme, à cause de sa vie gâchée par le péché, était loin de Dieu. Le péché déforme chacun des aspects de notre existence.

Je me souviens m’être rendu un jour dans une école spéciale, au Pays de Galles, et avoir rencontré là une jolie jeune fille de treize ans. Elle était malheureusement aveugle, sourde et muette, et on venait de lui faire subir une opération destinée à redresser sa colonne vertébrale tordue. A sa naissance, elle était un bébé parfaitement sain. Un jour, son père était entré dans une grande fureur et il l’avait battue au point de causer des dommages irréparables à son cerveau ; sa jeune vie avait ainsi été ruinée par le péché. Nous avons subi le même sort : le mal s’est attaqué férocement à notre existence. Notre esprit entretient des pensées impures. Nous mentons, calomnions ou jurons, blasphémons. Nous apprenons à tricher, à tromper, à voler. Nous n’avons aucune difficulté à adopter un comportement coupable, mais il n’est guère aisé de faire le bien. Nous pouvons dire : « Oh, nul n’est parfait ! » Cela ne nous excuse pas le moins du monde.

La femme, au bord du puits, était consciente de son péché. Christ s’était cependant approché, prêt à intervenir dans sa vie. Ce personnage l’intriguait ; Il lui avait offert un bonheur authentique, la vraie vie et le vrai Dieu. Il y avait de quoi intéresser n’importe qui ! Christ venait de lui dire : « Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. » Et la femme de répondre : « Seigneur, donne-moi cette eau. » C’est alors que Christ touche au nœud du problème. « Va et appelle ton mari » lui dit-il. Il voudrait la voir reconnaître son péché, l’admettre. Elle Lui confesse tout, ce qui représente, pour elle, le début d’une vie nouvelle et différente.

Il nous est impossible de connaître Dieu de manière personnelle avant d’avoir admis que nous avons péché. Jésus a dit : « Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs à la repentance. »

Son œuvre la plus importante n’était ni la guérison des malades, ni même la transformation des vies mais plutôt Sa mort destinée à régler la question du mal. Dieu éprouvait de la colère à la vue du péché ; c’est sur Christ que cette colère s’abattit, et Il devint un substitut. A la croix, Il se chargea de nos fautes, de notre péché, et Il fut puni à notre place, endurant l’enfer qui nous était réservé.

Et parce que Jésus a porté notre péché, Dieu peut réellement nous pardonner.

Pendant qu’Il était là, cloué à la croix, Jésus s’écria : « J’ai soif. » Il ressentait une soif physique afin de pouvoir étancher la soif spirituelle des humains.

Pour la Samaritaine, il n’était guère aisé d’avouer à Christ de quelle manière elle avait vécu. La confession n’est jamais une chose facile. La Bible nous apprend cependant que nous ne pouvons obtenir le pardon avant d’avoir reconnu notre péché et avoué que nous avons besoin de Christ ; c’est alors qu’Il intervient.

Christ mourut. Mieux encore, trois jours plus tard, Il triompha du tombeau en ressuscitant d’entre les morts. Son désir est de venir vivre en nous afin de purifier notre vie et d’y régner en Maître. Et lorsqu’Il vient établir Sa demeure dans le cœur de ceux qui placent en Lui leur confiance, il semble qu’une source de vie se mette soudain à jaillir en eux.

RÉPONSE
La femme, abandonnant sa cruche au bord du puits, courut auprès de ses compatriotes pour leur dire : « Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait ! » Elle retourne ainsi immédiatement auprès de ceux parmi lesquels elle a vécu sa vie de péché, et elle les amène à Christ.

En devenant un Chrétien authentique, on change de côté.  On se lance dans une existence nouvelle. Au lieu de vivre pour les choses éphémères, on se met à vivre pour Christ. Les sens des valeurs n’est plus le même. Il n’est jamais facile de vivre en Chrétien dans un monde hostile mais Christ nous donne la joie et la paix qui découlent de l’assurance du pardon. La puissance du Ressuscité, constamment présent à nos côtés, nous rend capables de surmonter les difficultés. La vraie vie, le but que l’on poursuit, sont dus à ce contact permanent avec Dieu, à cette relation qui est appelée à durer tout au long de notre vie, dans la mort comme au ciel, durant l’éternité.
Pourquoi ne pas demander à Christ de vous pardonner, de vous accorder un nouveau départ avec Lui ?

Si vous pensez avoir entendu Dieu s’adresser à votre cœur, et si vous savez que vous avez besoin de Lui, pourquoi ne pas prononcer la prière suivante en Lui exprimant ce que vous ressentez ?
Un agent de police observait un jour avec curiosité un ivrogne en train de chercher un objet quelconque à la lumière d’un réverbère. S’approchant de lui, il lui demanda ce qu’il cherchait. « Mon portefeuille » répondit l’homme. Ils se mirent alors tous deux à fouiller l’endroit mais sans succès.
« Où l’avez-vous donc perdu ? » questionna enfin l’agent de police.
« Au bas de la rue » répliqua l’ivrogne en faisant un geste dans cette direction.
« Alors pourquoi ne cherchez-vous pas à cet endroit-là ? »
« Parce que le bas de la rue n’est pas éclairé. Jamais je ne pourrais y retrouver mon portefeuille ! »
Beaucoup de gens sont ainsi à la recherche de quelque chose. Hélas, ils portent souvent leurs regards au mauvais endroit. Pensez par exemple à la recherche la plus importante de toutes : celle de Dieu.
« O Dieu,
Je confesse avoir péché en pensées, en paroles et en actes. Je veux me détourner de mon péché. Je crois que Christ est mort pour moi et qu’Il est ressuscité d’entre les morts. Pardonne-moi, s’il Te plaît. Règne dans mon cœur, dans ma vie. Je désire Te servir fidèlement, au mieux de mes capacités.

Merci d’avoir entendu ma prière.
Je Te demande toutes ces choses dans le nom de Jésus. Amen. »
MV - Missions Vacances - Spring Cottage, Spring Road, Leeds, LS6 1AD, Angleterre   missionsvacances.org
Roger Carswell
Le Secret de la vie...
Vous est-il arrivé de souhaiter connaître réellement Dieu ?
N’avez-vous jamais songé qu’Il était, Lui, à votre recherche ?
Vraies Histoires
Je veux lire la Bible